Finalement la pensée est toute la différence entre la loi et la grâce. La manière de penser est importante sous la grâce, car c’est elle qui nous donne accès, ou pas, à ce que Dieu nous a donné.
Peu de chrétiens ont assimilé ce point.

Si l’on souhaite changer durablement, ce sont les pensées qui doivent changer en premier, ainsi le reste va également changer, non sous l’influence des choses mais sous l’influence de la pensée. L’image est celle-ci : comme un sportif qui souhaite faire un saut périlleux, il commence par simplement tourner sa tête dans le sens où il souhaite aller, et le corps va suivre cette impulsion.
Sans cette impulsion le corps ne pourra pas tourner dans les airs.

Jésus disait que si une personne souhaite le suivre, c’est-à-dire être Son disciple, la première des choses est de renoncer à soi-même.

Matthieu 16 : 24  Alors Jésus dit à ses disciples: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive.

C'est la première des choses à faire, sans cela il est impossible de bénéficier de ce que Dieu nous a donné.
Jésus n'a pas dit non plus "Demandez à Dieu de vous aider à renoncer à vous-mêmes".  Il a dit que nous devions le faire nous-même, car personne ne peut le faire à notre place, c'est une décision personnelle.

Bien souvent, renoncer à soi-même est une action mal perçue par les gens. Ils pensent qu'il faut se diminuer, se rabaisser, vivre dans l'humiliation. Mais renoncer à soi-même n'a rien à voir avec tout cela. Si vous souhaitez changer radicalement et pouvoir profiter de tous les aspects de votre nouvelle naissance, vous devez premièrement décider de renoncer à la personne que vous étiez jusqu’à présent. Dans la pratique, cela veut dire accepter d'abandonner celui que vous êtes, le faire mourir.

Il y a un second élément qui bloque parfois notre transformation. Nous n’en sommes pas souvent conscient, mais tout le monde doit traiter ce problème tôt ou tard. Jésus disait donc que celui qui désire le suivre doit en premier renoncer à lui-même.  Sans un renoncement à soi-même tout est bloqué, ou il ne s'opérera qu'un changement de surface seulement qui ne durera pas dans le temps.
Ce qui veut dire qu’il peut y avoir des situations où nous avons un fort désir de changer dans le bon sens, alors nous passons du temps à étudier, creuser, chercher comment arriver à notre but : changer.
Cette information est essentielle, car nous la rencontrons dans bien des situations où les gens souhaitent changer, mais n’y arrivent pas, ou bien n’en voient pas autant les fruits qu’ils le souhaitent.
Notre « moi » est au centre de tout, car il est ce que nous sommes humainement. 
Nous en avons besoin car il constitue notre personne, ce que nous sommes. Il doit simplement être vidé, mourir, pour ensuite être rempli.
Le « moi » a ce pouvoir de souhaiter des changements et les empêcher en même temps.
C’est pourquoi Jésus disait que la première des choses, celle qui est en amont de toutes choses, c’est de mourir à soi-même, de renoncer à ce qui a fait ce que nous sommes jusqu’à présent, si nous voulons arriver à le suivre et avoir accès à tout ce que Dieu a prévu dans Son plan pour nous.

Le « moi » peut dire :  « Je veux que les choses changent, mais je ne veux pas changer ». Ce qui fait que d’un côté nous pouvons avoir une impression de désir de croissance, et d’un autre côté ne pas voir les résultats escomptés. Alors les gens se disent : « Mais pourquoi je n’y arrive pas ? Les choses ont l’air de démarrer, et s’épuisent au bout d’un moment ».
Le fait de totalement renoncer à soi-même va produire cet effet lorsqu’une personne veut exécuter un saut périlleux par exemple.
La même dynamique s’opère pour un sportif lorsqu’il souhaite tourner comme une toupie, il va commencer par tourner la tête, puis les épaules suivent, le torse, et les jambes vont suivre la même direction. Le renoncement, c’est-à-dire accepter que tout ce qui concerne ma personnalité soit mort et enterré à la croix avec Christ, va ouvrir et rendre disponible au changement tous les recoins de ma manière de penser.

C’est un peu comme si l’on devait changer le contenu d’une bouteille. Je vais devoir en premier la vider de tout son contenu , et par là , la rendre capable de recevoir un nouveau contenu (une manière de penser selon Dieu).
Souvent les chrétiens veulent changer leur contenu (leurs pensées), sans avoir vidé leurs propres pensées en premier. Il est important pour un total succès d’arriver à dire à Dieu quelque chose comme : « Père, j’ai tout vidé, je n’ai plus d’avis sur rien, je ne pense plus avec telle ou telle influence, je me suis débarrassé de tout ce que je pense être bon ou mauvais, je suis sur une position de pensée neutre. Maintenant Saint Esprit tu peux commencer à ranger dans les étagères de ma pensée, ce que Dieu dit, ce que Dieu pense, afin que je pense comme Lui, et que je parle aussi comme Lui ».    

Voilà qui vous aidera à avancer…

A bientôt.