Retour à la page Enseignements Rapides

 

Être juste, être justifié, ne plus se sentir condamnation, ne plus pécher, ne plus se sentir accusé, ce sont des états que la plupart des chrétiens recherchent, mais la majorité ne les trouve jamais vraiment.
On a l’habitude d’entendre dans le monde chrétien que l’on est justifié. Cela reste pour beaucoup une simple théorie, fort peu sont ceux qui arrivent à vivre cette justification de manière consciente dans leurs vies de tous les jours.
Les bonnes résolutions ne manquent pourtant pas. Des milliers d’enseignements traitent de ce sujet, mais bien peu reprennent le schéma que la Bible nous enseigne à ce sujet.
Mille et une manières sont données afin d’arriver à se sentir juste devant Dieu, mais les unes après les autres montrent leurs limites. Bien sûr il est très facile de me sentir juste, sans reproche, lorsque tout va bien dans ma vie, mais qu’en est-il lorsque je m’aperçois que j’ai fauté, que je m’aperçois que j’ai commis un péché ?

Il est au-dessus de la compréhension humaine de saisir le fait que nous pouvons arrêter de pécher sans aucun effort de notre part. Seule une révélation du Saint Esprit peut nous en donner la compréhension. J’ai pour habitude de dire aux gens que plus ils vont essayer d’arrêter de pécher par de bonnes résolutions, moins ils vont y arriver sur le long terme.  

Romains 8 : 1  Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ

D’où vient la condamnation ?
Elle provient du péché, et non de Dieu. Ce fait est très important à comprendre. Dieu ne condamne pas, c’est le péché qui nous condamne. De la même manière, Dieu n’accuse pas, c’est le diable qui accuse. Ce passage de Romains est bien souvent inconfortable pour certains chrétiens. Ils ne savent pas trop où se positionner par rapport au fait qu’il n’y a plus de condamnation sur eux. Alors certains se disent qu’ils peuvent vivre selon les désirs de leur chair car il n’y a pas de condamnation sur eux, mais d’autres disent que cette parole de Paul est valable seulement lorsque je ne pèche pas, et ceux-là essayent de toutes leurs forces de ne plus pécher afin de soulager leur conscience.
La vérité est que les deux sont dans l’erreur.

Lorsque nous passons par la nouvelle naissance nous sommes justifiés. Je précise ici que passer par la nouvelle naissance ne consiste pas seulement à réciter une prière, mais à avoir compris et accepté le fait d’échanger ma vie contre celle de Jésus. Je meurs, et Lui vient vivre en moi à ma place, ce processus s’acquérant par la foi.
Lorsque je suis né de nouveau je suis donc justifié, c’est-à-dire au-dessus de tout reproche, irrépréhensible (Colossiens 1 : 22).
Je suis spirituellement juste et parfait.

Certains vont me dire : « Oui Franck ce que tu dis est très joli, mais moi je constate que je pèche et que parfois je fais le mal, et dans ces cas-là je n’ai vraiment pas l’impression d’être juste et parfait».
Vous aurez tout à fait raison. Et c’est bien là que la grande majorité des chrétiens ne comprennent pas ce qui se passe et abandonnent au bout d’un certain temps. Ils lisent dans la Bible qu’ils sont parfaits, sans péché, sans reproche, mais dans leurs vies ils constatent parfois le contraire. C’est pourquoi on assiste dans le corps de Christ de par le monde, à une espèce de démission dans ce domaine.  Ajoutant à cela des enseignements dans les deux extrêmes, dans un sens ou dans l’autre ; comme je l’écrivais plus haut, aucun des deux ne sont corrects.

Hébreux 10 : 22  approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure.

Lorsque je suis pur, justifié, c’est parce que j’ai décidé de croire que la Bible me le dit : je suis pur, justifié par le moyen de ma foi. J’ai décidé de le croire fermement sans douter. À cause de cela je suis donc pur et sans reproche devant Dieu, parce que la vie de Jésus est venue remplacer la mienne (nouvelle naissance).

Réfléchissez avec moi un instant, quels sont les effets du péché dans la vie d’un être humain ?

Ceci pour ne citer que les principaux, mais cette liste pourrait constituer un livre entier.
Si donc je suis justifié, il n’y a plus d’effet du péché en moi. Si je suis juste c’est parce que la vie de Jésus en moi est venue supprimer le péché et tous ces effets, c’est une réalité.  Lorsque je commence à comprendre cela, je vais alors commencer à entrevoir l’amour inconditionnel que Dieu a pour moi. Je vais également commencer à comprendre quelle est ma valeur, car celle-ci est à la hauteur du sacrifice du fils de Dieu sur la croix.

Parce que je suis juste, je peux dire que l’effet du péché n’existe plus en moi. Si l’effet du péché n’existe plus en moi, alors la maladie, tout dysfonctionnement du corps ou du mental, les bactéries, la colère, la timidité, le mensonge, la dépression, la manipulation, l’égoïsme, les guerres, etc.. disparaissent.
Les effets du péché n’ont  plus aucun effet sur moi, c’est un fait que je crois par ma foi, car cela m’a déjà été acquis.

Ceci nous montre que si je suis justifié, aucun effet du péché ne peut se concevoir et subsister dans ma vie.  
Nous commençons à voir un peu plus clairement que c’est parce que j’ai compris et accepté que je suis juste, que les effets du péché sont morts dans ma vie.
La justification (le fait de se considérer comme étant juste), est à la base de toutes choses.
Aucune maladie ne peut subsister en moi, parce que je suis justifié, rendu juste.
Aucun dysfonctionnement de mon corps ou de mon mental ne peuvent subsister en moi, parce que je suis justifié, rendu juste.
Aucune bactérie ne peut subsister en moi, parce que je suis justifié, rendu juste.
Aucune colère ne peut subsister en moi, parce que je suis justifié, rendu juste.
Aucune timidité ne peut subsister en moi, parce que je suis justifié, rendu juste.
Aucun mensonge ne peut subsister en moi, parce que je suis justifié, rendu juste.
Aucune dépression ne peut subsister en moi, parce que je suis justifié, rendu juste.
Aucune maladie ne peut subsister en moi, parce que je suis justifié, rendu juste.
Aucune manipulation ne peut subsister en moi, parce que je suis justifié, rendu juste.
Aucun égoïsme ne peut subsister en moi, parce que je suis justifié, rendu juste.

J’ai besoin de croire fermement que je suis justifié, et que le péché et tous ses effets n’ont plus aucune vie possible en moi. Ce processus est exactement le même que celui que vous avez accepté pour votre salut par la foi.
Pourquoi êtes-vous sauvé ?
Simplement parce que vous le croyez fermement avec votre foi.
Si vous êtes sauvé, vous êtes également justifié, aucun effet du péché ne peut subsister en vous. Commencez à le croire fermement aujourd’hui.

Je réponds maintenant à cette remarque : « Oui Franck ce que tu dis est très joli, mais moi je constate que je pèche et que parfois je fais le mal ».

Hébreux 10 : 22  approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure.

Ce passage résume à lui seul toute notre attitude. La plupart des chrétiens vont penser que pour pouvoir mettre en pratique ce verset il faudra faire tous nos efforts pour ne plus pécher, en arriver à un état presque de perfection afin que notre conscience ne nous accuse pas.
Mais ce n’est pas du tout ce que ce passage veut dire.
S’il arrive que je me loupe, que je fasse une erreur et que je pèche, ma conscience reste pure parce que je suis déjà justifié et que je le reste quoi qu’il arrive, car Dieu ne change pas d’avis. Ce fait est immuable parce qu’il est acquis en moi. Ce n’est pas mes actions ou mes erreurs qui pourront changer le fait que je suis justifié. La justification est une grâce, un cadeau immérité, qui n’est pas basée sur mes actions ou mes pensées. Le diable va essayer de vous accuser en essayant de remettre en question votre justification. Il en est de notre responsabilité de ne pas donner crédit à de telles pensées.  Il est important de faire la différence entre le Saint Esprit qui va vous reprendre d’une manière encourageante sur l’une de vos erreurs, et le diable qui va vous accuser de manière décourageante sur cette même erreur.  

Plus je vais réaliser que je suis juste, moins je vais pécher.
Pourquoi ?
Imaginez-vous étant habillé dans une tenue de soirée, avec des habits de grande valeur. Iriez-vous marcher dans la boue, sous la pluie, faire de la cuisine ou bien ranger votre garage ?
Bien sûr que non !
Pourquoi ne le feriez-vous pas ?
Simplement parce que vous avez compris que vous deviez faire attention à vos vêtements parce qu’ils ont une certaine valeur. Il en va de même pour ma personne, plus je vais comprendre combien je suis précieux, plus je vais comprendre que je suis parfait quoi qu’il arrive sans jamais avoir pu le mériter. Plus je vais comprendre la puissance sans condition de l’amour de Dieu pour moi, et plus je vais naturellement faire attention à ma personne.
J’ai compris que je suis juste, que Dieu m’a mis au rang de ceux qui sont parfaits. J’ai compris que Dieu a mis ma valeur strictement au même niveau que celle de Jésus : je suis une personne justifiée, rendue juste.

C’est cette même pensée constamment présente en moi, celle qui me montre la valeur de ma personne, qui va faire que je vais pécher de moins ne moins.
C’est parce que je sais ce que Dieu dit de ma personne que je vais naturellement prendre soin de ma personne. Je comprends que le péché est nocif, qu’il est destructeur, qu’il abîme et détruit ma personne, c’est pourquoi je vais particulièrement faire attention à mes pensées, mes actions et paroles.
Ma personne est devenue importante à mes yeux parce que j’ai découvert la valeur de ma justification. De ce fait je vais veiller sur moi-même et faire en sorte de ne pas pécher.

Ma motivation afin de ne pas pécher n’est plus la même. Je ne pèche plus non pas parce que la Bible me le demande, mais parce que j’ai compris ma valeur, et je suis dans une autonomie de sainteté.
S’il arrive que je me loupe, je ne ressens aucune accusation, aucune condamnation. Lorsque Paul dit qu’il n’y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus christ, il pensait à ce genre de moment où le diable, ou notre propre chair, essayent de nous accuser.  Lorsque je m’aperçois que je pèche je suis déjà assez en colère contre moi-même, et cette insatisfaction personnelle est suffisante afin de me relever, toujours aussi juste, et continuer.
Si j’ai commis une erreur dans laquelle d’autres personnes sont impliquées, je n’aurais qu’une hâte, c’est de réparer dans la mesure du possible les choses. Ceci montre que je sais que je suis précieux, et que je ne tolère qu’aucun effet du péché ne puisse prendre vie en moi.

Comprendre que je suis justifié me rend mature. Cette maturité passe alors au-delà des symptômes de maladie de mon corps, elle passe au-delà des  pensées démoniaques que le diable essaye de me faire avaler.
De ce fait, je change par plaisir parce que je sais que je vais vers le mieux. Je n’accepte plus aucun effet du péché dans ma vie parce que j’ai compris qui je suis, et ce que je vaux. Je veux maintenant préserver cette valeur, je veux préserver ma vie parce que j’ai compris que ma valeur provient de l’amour de Dieu, qui est antagoniste au péché.  

Un des changements dans votre vie qui va attester que vous avez compris ce processus et que vous avez commencé à y entrer, est que vous allez prendre plaisir à ne plus pécher. Vous allez également bien plus aimer votre prochain car l’image de Dieu s’enracine en vous et vous devenez de plus en plus comme Lui. Vous allez vivre normalement dans ce monde, mais vous aurez la sensation de ne pas y appartenir, sans pour autant vivre reclus et rejeter toutes choses. Vos priorités vont changer, vous aurez un désir grandissant d’être amour comme Dieu est amour.  Non pas de dire oui à tout, mais d’agir comme Lui.
Vous allez alors constater que vous changez, que vous péchez de moins en moins sans avoir fait aucun effort, mais par simple envie naturelle.

Bienvenue dans la Vraie vie en Jésus Christ…

A bientôt.