Retour à la page Enseignements Rapides

 

La Bible dit que Dieu est un Dieu jaloux dans plusieurs livres de l’ancienne alliance. Dieu se donne même le nom de Jaloux.
Mais Dieu est-Il réellement une personne qui exprime de la jalousie ?
Comment pourrait-Il nous demander de pardonner 77 fois 7 fois dans la même journée, et Lui-même éprouver de la jalousie comme nous la connaissons ?
Dieu serait-Il jaloux comme nous les humains nous comprenons la jalousie ?

Voici certains passages qui parlent de Dieu étant jaloux :

Exode 20:5  Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent,

Deutéronome 4:24  Car l’Eternel, ton Dieu, est un feu dévorant, un Dieu jaloux.

Exode 34:14  Tu ne te prosterneras point devant un autre dieu ; car l’Eternel porte le nom de jaloux, il est un Dieu jaloux.

Josué 24:19  Josué dit au peuple : Vous n’aurez pas la force de servir l’Eternel, car c’est un Dieu saint, c’est un Dieu jaloux ; il ne pardonnera point vos transgressions et vos péchés.

Nahum 1:2  L’Eternel est un Dieu jaloux, il se venge ; L’Eternel se venge, il est plein de fureur ; L’Eternel se venge de ses adversaires, Il garde rancune à ses ennemis.

Il n’y a plus aucun doute, Dieu est un Dieu jaloux, dans le passage de Exode 34 cité ci-dessus, Il se donne Lui-même ce nom de Jaloux.
Mais si Dieu est amour, Il ne peut être jaloux en même temps, car cela serait totalement incompatible. Dans le cas contraire alors Dieu ne serait plus un Dieu parfait.
C’est donc dans la définition de ce mot jaloux sur laquelle il faut creuser.  

La première chose que l’on remarque dans ces passages que nous avons cités, c’est que lorsqu’il est parlé de Dieu qui est jaloux, il s’agit du mot original hébreux QANNA. Ce mot est employé uniquement pour Dieu et ne peut pas s’employer dans la langue hébraïque pour un humain.
Il est donc important de savoir ce que ce mot QANNA veut dire dans sa définition.

Ce mot QANNA, souvent traduit par jaloux, est donc un des noms que Dieu se donne. Ce mot donne certes dans certaines traductions le mot jaloux, mais ce mot qui décrit Dieu n’a rien à voir avec une jalousie humaine comme nous pouvons la connaître. Si tel était le cas alors la langue hébraïque emploierait ce mot aussi pour des humains, mais ce n’est pas le cas.
Ici le mot QANNA donne plus une notion d’exclusivité.
Si ce nom que Dieu se donne « QANNA » ne peut s’employer que pour Lui, alors nous pouvons en conclure que seul Dieu peut être jaloux dans le sens que « QANNA » donne. Par conséquent il est donc impossible à tout être humain de pouvoir éprouver de la jalousie dans le sens de « QANNA ».

Nous pouvons donc établir un premier élément qui dit que lorsque la Bible parle de Dieu étant jaloux, il ne s’agit pas du tout de la jalousie comme les humains peuvent parfois l’exprimer négativement.
Dieu n’est pas jaloux dans le sens humain que nous connaissons !

On a souvent l’impression d’un Dieu sans cœur et sans compassion lorsqu’on lit les écrits de la Loi. Et c’est bien normal, car cette époque, qui a duré environ 1400 ans, était là pour montrer au peuple qu’ils n’arriveraient jamais à ne plus pécher. C’est pourquoi tous leurs péchés étaient révélés par la Loi, afin de leur faire prendre conscience qu’ils n’y arriveraient pas par leurs propres forces.

Dans cette période de la Loi, on ne pouvait absolument pas faire de l’ « à peu près ». La Loi demandait une perfection totale afin d’être accomplie. La Loi demandait une entière adhésion. C’était tout ou rien.  
C’est pourquoi on ne retrouve plus du tout ce terme de Dieu jaloux dans la nouvelle alliance. La Loi ayant été accomplie il n’y a plus aujourd’hui de notion de vie parfaite à atteindre pour être sauvé, même si néanmoins vous devons tendre à la perfection. Mais ce que je veux dire c’est que nous ne sommes plus dans une période où la Loi s’applique dans nos vies comme un règlement, ce qui était le cas du peuple hébreux sous la Loi.     

Bien sûr il n’est pas question de dire que Dieu avait une certaine personnalité dans l’ancienne alliance et qu’Il en a changé dans la nouvelle. Dieu ne change pas, Il reste le même.

Lorsque Dieu dit qu’Il est jaloux, Il dit en d’autres mots que l’on ne peut pas avoir une relation avec Lui, et avec une autre divinité dans notre vie en même temps.
Non pas que Dieu serait empreint de jalousie et qu’Il nous veut comme une propriété, mais tout simplement parce qu’il est impossible d’être en mesure de profiter d’une pleine relation avec Lui, et la partager en même temps avec autre chose ou avec une autre divinité. On ne peut profiter de la perfection de Dieu dans notre vie que si nous nous donnons entièrement à Lui.  

Pourquoi ?
Tout simplement parce qu’une relation avec Dieu requiert toute notre entière personne. Dieu veut agir dans tout notre être, et non dans une partie seulement.  
On ne peut pas être dans une relation puissante et entière avec Dieu sans y mettre toute notre personne, toutes nos pensées, toute notre détermination. Dans le cas contraire, nous ne profiterons que d’une partie de ce qu’II nous a déjà donné.

Bien souvent dans l’ancienne alliance Dieu se donnait ce nom de jaloux par rapport à d’autres divinités ou par rapport au péché. Ceci nous montre qu’il est impossible de se partager entre Dieu et le mal. Dieu nous met en garde de ne pas vivre une vie partagée entre le bien et le mal. C’est en ce sens que l’on retrouve ce terme d’exclusivité traduite par jaloux.
Ce n’est pas que Dieu serait un égoïste qui chercherait toute l’attention sur Lui, non Dieu est complet et n’a besoin de rien ni de personne.
Mais c’est nous qui avons besoin d’une relation avec Lui. Et cette relation ne peut se vivre à moitié si l’on souhaite en tirer tous les avantages.

2 Corinthiens 11:2  Car je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai fiancés à un seul époux, pour vous présenter à Christ comme une vierge pure.

Paul reprend ce terme de jaloux, précisant dans le verset précédant qu’il fait preuve d’un peu de folie, c’est-à-dire qu’il se sert de ce terme de jaloux pour imager une situation. Paul parle ici d’une jalousie qui vient de Dieu, c’est-à-dire qui n’a rien à voir avec une jalousie humaine empreinte de péché.  
Paul parle ici d’exclusivité, il reprend les mêmes arguments pour l’Église disant que nous devons rester focalisés sur Jésus uniquement, sans se laisser aller à d’autres croyances, ou d’autres préoccupations qui supplanteraient Jésus dans nos vies.

Dieu nous aime d’un amour inconditionnel, c’est nous qui avons besoin de Lui et non le contraire.
Afin de pouvoir profiter de tout ce que Dieu est dans notre vie, afin de pouvoir tirer tous les avantages de ce que Dieu nous a donné, il y a une condition à remplir.
Cette condition est de nous rendre disponible pour Lui et d’entrer pleinement dans Sa personne en abandonnant la nôtre.
Si Dieu n’était pas « jaloux » dans la notion du mot « QANNA », alors personne ne pourrait avoir de relation profonde avec Lui, personne ne pourrait profiter d’une relation parfaite et exclusive avec Dieu.

Dans le passage de Nahum que nous avons cité plus haut, certains pourront se demander pourquoi Dieu parle de vengeance ?

Nahum 1:2  L’Eternel est un Dieu jaloux, il se venge ; L’Eternel se venge, il est plein de fureur ; L’Eternel se venge de ses adversaires, Il garde rancune à ses ennemis.

Nous ne rentrerons pas dans le détail de la vengeance de Dieu car ce n’est pas notre sujet, mais simplement pour dire que le mot original traduit par « venge » est NAQAM.
Ce mot donne certes la notion de se venger, il donne également la notion de punir après avoir commis une faute.
Dieu est amour, mais il ne laisse pas le mal impuni. Nous sommes certes dans un temps de grâce où le péché a été supprimé par Jésus à la croix, mais lorsque cette parole de Nahum a été prononcée, Dieu ne laissait pas le péché impuni.
Même encore aujourd’hui, quiconque accepte l’offre que Jésus lui fait à la croix de prendre tous ses péchés sera fils ou fille de Dieu. Mais celui ou celle qui ne l’acceptera pas sera en quelque sorte puni de son choix.
Ici l’expression « venge » ou « vengeance », est plutôt dans un sens de conséquence.
Lorsque la Bible parle de Dieu qui se venge, elle le fait dans un sens où Dieu a établi des règles dans notre monde, et quiconque choisit de suivre ou de ne pas suivre ces règles en subira les conséquences. C’est ce que la Bible dit lorsqu’elle parle de vengeance de Dieu. Mais cela ne veut pas dire qu’aujourd’hui dans le temps de la grâce que nous vivons, Dieu va punir tous ceux qui font le mal. Le péché pour ce temps de grâce n’est plus compté sur les humains, c’est pourquoi Dieu ne punit pas le mal. Ce sont les humains qui ont la responsabilité de ce qui se passe sur terre.

Dans toutes ces choses, Dieu a fait en sorte que l’homme reste toujours décideur de ses propres choix. Ceci dans le sens où Dieu n’envoie personne en enfer, ni ne met aucune conséquence négative sur les gens. Ce sont au contraire les gens qui décident d’aller en enfer, ou de subir des conséquences négatives, certes données par Dieu, mais qui ne sont que le résultat de leurs propres choix.
Dieu nous aime et nous laisse libre de nos choix.

 

A bientôt.