Qui n’a pas entendu des phrases comme : « Il faut crier à Dieu » ou bien « J’ai crié à Dieu et ma prière a été exaucée ».

Il est vrai que la Bible parle dans divers endroits de personnes qui crient à Dieu ; cette pratique est le plus souvent retrouvée dans l’Ancien Testament.

1 Samuel 7 : 8  et ils dirent à Samuel : Ne cesse point de crier pour nous à l’Eternel, notre Dieu, afin qu’il nous sauve de la main des Philistins.

Psaumes 34 : 17  (34-18) Quand les justes crient, l’Eternel entend, Et il les délivre de toutes leurs détresses ;

Cette pratique de crier à Dieu était très répandue dans l’ancienne Alliance, pas seulement dans le cadre de prières. Les gens devaient parfois crier pour informer, ou afin de proclamer quelque chose.

Esther 6 : 9  remettre le vêtement et le cheval à l’un des principaux chefs du roi, puis revêtir l’homme que le roi veut honorer, le promener à cheval à travers la place de la ville, et crier devant lui : C’est ainsi que l’on fait à l’homme que le roi veut honorer !

Nous pouvons retrouver des exemple où parmi les Hébreux, il n’était pas rare de crier ou s’adresser d’une voix forte pour d’autres choses que la prière.

Marc 10 : 47  Il entendit que c’était Jésus de Nazareth, et il se mit à crier ; Fils de David, Jésus aie pitié de moi !

Il n’était donc pas rare d’entendre crier des gens dans les rues, dans des endroits publics. Dans la plupart des cas, personne n’en était offensé ou étonné. 

Nous pouvons même voir à certains moments que Dieu s’adressant à Jonas, lui demande de crier contre la ville de Ninive.

Jonas 1 : 2  Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie contre elle ! car sa méchanceté est montée jusqu’à moi.

Dans notre langage actuel, crier veut dire élever fortement la voix. On peut crier pour diverses raisons, à cause de la colère, dans le cas d’une urgence, pour appeler quelqu’un, à cause de douleurs physiques ou morales, etc…
Mais nous allons voir que lorsque la Bible parle de « crier à Dieu », on ne retrouve pas tout à fait la même notion que dans notre langage actuel.

Bien souvent le problème est qu’une majorité de chrétiens ont adapté le fait de crier à Dieu par rapport à la définition de notre langage actuel.
Ces mêmes chrétiens pensent alors qu’il faut crier lorsque l’on prie, qu’il faut crier d’une voix tonitruante lorsque nous nous adressons à Dieu.
Mais comme je le dis souvent Dieu n’a pas de problèmes d’audition.
C’est le même schéma qui revient presque à chaque fois, tout est bon pour éviter d’avoir à utiliser sa foi. satan sait très bien que la foi est le seul élément qui donnera du succès à nos prières. Sachant cela il utilise très souvent le même stratagème, et beaucoup trop de chrétiens tombent dans ce mensonge. Si une personne ou un enseignement quelconque vous propose d’avoir vos prières exaucées sans que la foi y soit partie prenante, alors un conseil, fuyez ce genre de manière de penser. 
On entend trop souvent qu’il suffit de crier à Dieu, de prier avec une voix forte pour avoir sa prière exaucée, ce n’est pas ce que la Bible nous dit.

La Bible dit que Dieu regarde à ce qui est à l’intérieur de nous et non aux manifestations extérieures.
C’est une différence majeure entre la loi et la grâce. Ceux qui me connaissent m’entendent souvent dire que : Bien souvent la grâce est l’accomplissement dans notre pensée de manifestations qui étaient tangibles sous la loi. On pouvait crier à Dieu sous la loi, mais dans cette période de la grâce, crier à Dieu est une attitude de la pensée.

1 Samuel 16 : 7 …L’Eternel ne considère pas ce que l’homme considère ; l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au cœur.

Ce n’est pas donc le seul fait d’élever la voix, de crier à Dieu qui va changer quoi que ce soit. Dieu n’est pas dans les apparences, Il ne sera jamais impressionné par des décibels. Ce n’est pas parce que je vais crier, prier avec une voix à fort volume que ma prière va changer quoi que ce soit.

La Bible nous révèle également que c’est uniquement par la foi que l’on peut obtenir quelque chose de la part de Dieu. Seule notre foi est capable de nous donner un accès complet au monde spirituel qui renferme tout ce que Dieu a prévu de nous donner. La foi qui est en moi, une fois activée, est l’élément qui ouvre toute chose depuis le monde spirituel dans ma vie personnelle.

Matthieu 21 : 22  Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez.

Jésus nous rappelle ici que la foi, cette manière de penser qui va bien au-delà de nos 5 sens, cette décision que nous prenons de croire peu importe les circonstances, est cet élément qui nous permet de recevoir ce que nous demandons en priant.

Il y a également bien des passages qui confirment que crier n’est pas une solution en soi. À bien des endroits dans la Bible nous pouvons voir que des personnes ont crié à Dieu sans aucun succès. Il y a même des exemples où Dieu Lui-même, refuse de répondre à des personnes qui crient à Lui. 

Psaumes 18 : 41  (18-42) Ils crient, et personne pour les sauver ! Ils crient à l’Eternel, et il ne leur répond pas !

2 Samuel 22 : 42  Ils regardent autour d’eux, et personne pour les sauver ! Ils crient à l’Eternel, et il ne leur répond pas !

Job 30 : 20  Je crie vers toi, et tu ne me réponds pas ; Je me tiens debout, et tu me lances ton regard.

Job 35 : 12  On a beau crier alors, Dieu ne répond pas, A cause de l’orgueil des méchants.

Lamentations 3 : 8  J’ai beau crier et implorer du secours, Il ne laisse pas accès à ma prière.

Job 35 : 13  C’est en vain que l’on crie, Dieu n’écoute pas, Le Tout-Puissant n’y a point égard.

Ces quelques exemples pourraient encore être rallongés par d’autres passages de la Bible.
Mais alors où s’y retrouver dans tous ces différents exemples, dans toutes ces différentes paroles ?
Pourtant on retrouve des quantités d’enseignements qui nous préconisent de crier à Dieu, certains témoignages de gens qui assurent qu’ils ont crié à Dieu et que leur prière a été exaucée.

Lorsque nous lisons la Bible , nous pouvons voir également un passage par exemple où Dieu demande de crier à Lui par une prophétie de Joël.

Joël 1 : 14  Publiez un jeûne, une convocation solennelle ! Assemblez les vieillards, tous les habitants du pays, Dans la maison de l’Eternel, votre Dieu, Et criez à l’Eternel !

La nouvelle Alliance ne comporte certes pas autant d’exemples, mais nous pouvons néanmoins y retrouver quelques exemples où l’on parle aussi de crier à Dieu. 

Luc 18 : 7 Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit,

Si l’on devait dire qu’il faut crier à Dieu pensant que c’est une question de voix forte, alors ce passage nous demande également de le faire le jour et la nuit. Là encore la Bible nous montre à bien des endroits que les résultats positifs dans la prière ne sont pas une question de durée dans le temps. Je veux dire que ce n’est pas parce que je vais rester longtemps que je multiplie mes chances de succès. Bien sûr je peux prendre plus ou moins de temps afin d’activer ma foi, mais ce que je veux dire c’est que la prière plus ou moins longue en elle-même ne change pas le résultat.

Même le Saint Esprit crie dans ce passage de Galates :

Galates 4 : 6  Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, lequel crie: Abba ! Père !

Jacques 5 : 4  Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs, et dont vous les avez frustrés, crie, et les cris des moissonneurs sont parvenus jusqu’aux oreilles du Seigneur des armées.

Jacques parle aussi ici de personnes qui ont crié et que Dieu y a prêté attention.

Alors faudrait-il crier pour arriver à interpeller Dieu ?
Faudrait-il crier à Dieu nos prières pour plus de succès ?

La réponse est non, mais cela ne nous empêche pas parfois d’avoir des différences de niveaux sonores lorsque nous nous adressons à Dieu. Et c’est bien là que se trouve toute la teneur de crier à Dieu.
Lorsque la Bible parle de crier à Dieu dans la nouvelle Alliance principalement, il s’agit d’un état de cœur, d’un état de pensée.

Osée 7 : 14  Ils ne crient pas vers moi dans leur cœur, Mais ils se lamentent sur leur couche ; Ils se rassemblent pour avoir du blé et du moût, Et ils s’éloignent de moi.

Ce que la Bible appelle le cœur c’est notre manière de penser.  Lorsque Dieu parle au travers du prophète Osée, Il nous révèle que c’est avant tout dans ma manière de penser que je crie à Dieu. Crier à Dieu est un état de pensée, un état d’esprit.
Une personne qui crie comme nous le disions en début de cet enseignement peut le faire pour différentes raisons. Mais lorsque l’on dit que l’on crie à Dieu, c’est dans une attitude particulière. Lorsque nous sommes dans cette attitude il y a plusieurs facettes que nous pouvons décrire ainsi :

 

Ces différentes manières de penser sont les principales qui vont me positionner dans une attitude où je serai en mesure de crier à Dieu. C’est justement parce que, et uniquement à cause de cette attitude détaillée dans cette courte liste non exhaustive, que je suis en position de recevoir.

 

Lorsque je suis dans cette démarche, et uniquement dans cette démarche, alors suivant les paroles que le prononce, je serai amené à des intonations de voix différentes, plus ou moins fortes. Je serai alors amené à exprimer des proclamations,  de la détresse si je suis dans ce cas, de la confiance envers mon Père, etc…   Toutes ces attitudes, ces pensées vont pouvoir s’exprimer suivant les personnes, par des murmures, des soupirs, des cris, des rires, des paroles chantées, m’écriant au grès de ces sentiments que je ressens dans mon esprit.  
Alors je peux dire dans ce cas que je crie à Dieu.

Il est maintenant facile de comprendre que lorsque la Bible parle de crier à Dieu pour une personne née de nouveau, il n’est pas question de volume sonore en premier. Mais les différentes intonations ou volumes ne seront que le fruit ou le produit de ce qui est l’intérieur de moi dans mon esprit.

On ne crie pas à Dieu avec notre voix pour qu’un fruit se crée à l’intérieur de nous, et exauce notre prière. Mais il arrive que l’on hausse la voix en résultat d’une forte pensée qui dit que Dieu est avec moi prêt à réaliser ce qu’Il dit à mon sujet dans Sa parole.

Psaumes 119 : 147  Je devance l’aurore et je crie ; J’espère en tes promesses.

 
A bientôt.