Vous voulez voir des gens sauvés ?
Vous voulez voir vos proches sauvés ?

La recette est très facile. Jésus l’a communiqué aux apôtres il y a plus de 2000 ans.

Jean 13 : 34-35  Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres.

On organise parfois dans des églises locales des événements d’évangélisation les uns après les autres. On ne sait plus où trouver l’idée qui va fonctionner, trouver la clé, l’évènement qui va apporter plus de gens dans l’église locale.
Des concerts, des soirées, des jeux, des pique-niques, toutes sortes de sorties extérieures, on en voit de toutes sortes.
Dans certains endroits on voit parfois même les coûts monter pour atteindre des sommes financières énormes. On ne sait plus comment faire pour impressionner les gens afin de les faire venir. 
C’est exactement ce que la plupart des organisateurs d’évènements non chrétiens font dans le monde entier. On essaye d’impressionner par le visuel, le sonore, etc.
Il n’est pas nécessaire d’épiloguer sur ce point, tout le monde connait les différentes techniques pour attirer les gens par des évènements organisés dans ce monde.

Il est facile de voir que le résultat n’est pas au rendez-vous, depuis les dizaines d’années que cela est pratiqué dans le corps de Christ. La plupart du temps ces activités coûteuses en temps et en argent ne font que réunir majoritairement des chrétiens, et très peu de gens qui ont besoin de passer par la nouvelle naissance.

Est-ce que cela voudrait dire que le fait d’organiser des activités d’évangélisation dans les églises locales ou ailleurs est mauvais ?
Non pas du tout… Mais il faut y ajouter l’ingrédient principal !

Jésus n’a pas dit : « Organisez des évènements pour attirer les gens à moi ! ». Lui-même ne l’a pas fait. Pourtant déjà à cette époque on pouvait trouver des gens qui se réunissaient dans divers évènements organisés. Cela existait déjà. Certes pas autant qu’aujourd’hui, mais cela existait néanmoins.
Les écrits du Nouveau Testament couvrent environ les 70 premières années de la période de la grâce, pourtant nulle part on ne voit d’organisation d’évènements pour évangéliser.
On pourrait dire : « Mais Franck, il faut bien vivre avec son temps ! ».
Oui c’est tout à fait vrai, mais encore une fois, à la seule condition d’y ajouter l’ingrédient principal.

Jésus a commencé par donner la règle suivante. C’est un commandement qu’Il a donné, et non un conseil.

Jean 13 : 34-35  Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres.

Il ne servira à pas grand-chose de se donner de la peine à organiser, à dépenser de l’argent, à passer du temps pour des évènements, ou même parler à des gens autour de soi, si ce commandement de Jésus n’est pas respecté dans ma vie de tous les jours.
Ce n’est pas que Dieu empêcherait les gens de venir à Lui, pas du tout !
« Mais on reconnait un arbre aux fruits qu’il porte ». Certes Jésus a prononcé cette parole à propos de faux enseignants, mais ceci est applicable à toute personne. Si le résultat que je produis avec mon attitude, avec mon style de vie, n’est pas conforme à ce que Jésus a enseigné, manifestant un amour inconditionnel, s’il ne donne pas envie de le posséder, alors personne ne voudra de ce que l’on propose. Je ne peux pas proposer la paix en Christ si je ne la possède pas moi-même. Je ne pourrais pas non plus proposer une vie en sécurité, où l’on ne manquerait de rien, et avec l’autorité sur toute maladie, si je ne le possède pas moi-même. Je ne peux pas proposer aux autres de devenir un disciple de Jésus si je ne le suis pas moi-même…

Pour faire court, si je ne reflète pas la personne de Jésus dans ma vie de tous les jours, comment les gens vont-ils voir Jésus à travers moi ?
Si je n’aime pas mon frère, ma sœur en Christ comme l’apôtre Jean le dit, comment les gens vont-ils reconnaître que je suis disciple de Jésus ?
Le problème est qu’il est bien plus facile d’organiser des évènements ou des activités, plutôt que de changer soi-même. Pourtant la transformation personnelle est la base du salut.

Le but premier du salut n’est pas d’avoir un passeport éternel pour le ciel. Si Dieu nous a sauvés (lorsque nous acceptons l’offre de Jésus pour nous), c’est d’abord pour entrer dans un processus qui va me faire devenir comme Dieu.
La première étape de cette transformation consiste à avoir mon esprit régénéré en Jésus Christ. A ce stade je suis ce que la Bible appelle « né de nouveau ».
Mais c’est là que les choses commencent. Après ma nouvelle naissance je suis alors engagé dans une transformation, qui révèle cette nouvelle personne que je suis.
Je suis un fils, une fille de Celui qui a créé tout l’univers. Parce que je suis Son fils, Sa fille, je deviens alors comme mon Père, Sa nature se développe en moi au fur et à mesure que je le crois par ma foi.   

Dieu est amour, c’est pourquoi Jésus a dit que c’est parce que nous allons manifester de l’amour les uns pour les autres, que les gens verront que nous sommes Ses disciples. Si je suis Son fils, Sa fille, alors je deviens amour comme Lui est amour. C’est ce qui fait toute la différence, et c’est ainsi que les gens qui ne sont pas encore nés de nouveau pourront s’apercevoir que Jésus est bien vivant encore aujourd’hui. Il est impossible de s’aimer les uns les autres inconditionnellement simplement avec nos bonnes résolutions humaines. S’aimer les uns les autres comme la Bible l’enseigne est surnaturel.
C’est pourquoi devant un tel constat, les gens sont interpelés dans un premier temps, puis voudront vivre cela dans un deuxième temps.

Les activités sans s’aimer les uns les autres, sans aimer son prochain ne donnent pas grand-chose, car dans le cas contraire les églises devraient être pleines. Il est facile et triste à la fois de constater que la plupart des leaders d’églises locales ont du mal à remplir les chaises vides.

Mais que se passerait-il si TOUS les chrétiens prenaient ce commandement de Jésus au sérieux ? Aimez-vous les uns les autres !
Que se passerait-il si la plupart d’entre nous connaissions vraiment Dieu, afin d’aimer notre prochain inconditionnellement comme Dieu Lui-même le fait ?

1 Jean 4 : 20 Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur ; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ?

Si Jean dit que celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, ne peut pas aimer Dieu qu’il ne voit pas, c’est en me concentrant sur le fait d’aimer Dieu, que je vais arriver à aimer mon frère.
Plus je comprends combien et comment Dieu m’aime, plus je vais l’aimer moi-même en retour. C’est lorsque je comprends que je suis aimé inconditionnellement, que mon amour pour Dieu va grandir, et c’est lorsque je commence à réellement aimer Dieu que je vais aussi aimer mon prochain.
C’est lorsque j’aime mon prochain, j’aime mes frères et sœurs, que les gens verront que nous sommes disciples de Jésus Christ.

Dans 90% des cas, lorsqu’une personne refuse l’offre que Jésus lui fait à la croix, c’est parce qu’elle ne l’a pas comprise.
Bien souvent les gens ne comprennent pas parce qu’on leur explique mal, ou parce qu’ils n’utilisent pas tout ce que Dieu leur a donné.
Bien souvent les chrétiens qui expliquent mal cette offre de la croix, ne l’ont pas compris eux-mêmes. Ils n’ont pas compris que le but premier du salut est de devenir amour comme Dieu est amour.
Et parce que je suis un fils (une fille), qui est amour comme Dieu est amour, je peux dire : « Je suis comme mon père ! ». Sa puissance est en moi, Son autorité l’est également.
Ce qu’il est important de comprendre c’est que je manifeste toute la puissance et l’amour de Dieu, uniquement parce que je suis Son fils, parce que j’ai cette position, cette identité en Jésus.

Je suis amour parce que je suis Son fils (Sa fille).
Je suis Son fils (Sa fille) parce qu’Il m’a aimé en premier.
Parce qu’Il m’a aimé et que je suis Son enfant, j’ai la vie éternelle avec mon Père.
Parce que je suis Son enfant, je suis amour.
Parce que je suis amour, j’aime mon prochain comme moi-même.
Parce que j’aime mon prochain comme moi-même, je leur parle de mon Père en manifestant des signes et des prodiges.

A bientôt.